Sélectionner une page

9 choses à ne pas faire lors de la traduction de votre site web

Penser que la traduction de votre site web est une traduction classique

La première erreur, assez fréquente, est de penser que traduire un site Internet équivaut à traduire un texte classique. Or, c’est bien plus qu’une simple traduction. On parle d’ailleurs de « localisation », c’est-à-dire d’une véritable adaptation de l’intégralité du site (textes, graphiques, images produits, etc.), à destination d’un marché étranger donné.

 

Ne pas prévoir la localisation dès la conception de votre site Web

En effet, pour éviter un grand nombre de problématiques plus tard, lorsque le besoin de localiser votre site se fera ressentir, il est fortement recommandé d’anticiper cette future localisation et de la prévoir dès la conception de votre site. Pour certaines langues asiatiques, par exemple, l’agencement peut être différent et un développement technique à envisager. Pour la langue arabe également, la lecture de droite à gauche impose de pouvoir inverser le site complet pour garder sa cohérence. Consultez notre article pour en savoir plus sur la localisation d’un site internet en arabe.

Posez-vous toujours la question en amont : aurais-je intérêt à créer une version multilingue de mon site ? Si oui, prévoyez sa localisation dès le début !

 

Ne pas utiliser les technologies adaptées pour permettre une bonne localisation

Pour prévoir cette localisation, il faut bien sûr utiliser le système de gestion de contenus (ou CMS) le plus adapté, c’est-à-dire un programme informatique avec base de données qui permette de modifier l’apparence et le contenu de votre site facilement, sans avoir besoin de toucher au code source. En recourant à ce système, intégrer la traduction d’un mot dans une langue ne modifiera pas le mot dans la langue d’origine : cela signifiera que vous avez fait le bon choix !

Pour savoir quels sont les CMS les plus adaptés ou pourquoi et quel plugin utiliser pour la traduction de votre site, pensez à prendre conseil auprès d’un membre de notre équipe spécialisé en création de sites multilingues.

 

Faire appel à des développeurs qui n’ont aucune connaissance en matière de localisation

Une autre erreur commune est justement de faire appel à un développeur pour concevoir votre site sans vérifier qu’il est parfaitement au fait des enjeux de la localisation. Par exemple, certains développeurs ne créent qu’un champ unique pour un mot qui apparaît plusieurs fois mais dans des contextes différents, comme le mot anglais « home » qui peut vouloir dire « accueil », s’il concerne la page d’accueil du site, ou « maison » dans d’autres cas. Un seul champ ne permet qu’une seule traduction et risque d’engendrer de gros contresens dans le texte. Un développeur habitué de la localisation saura gérer ce genre de problématique.

Pour vous assurer que les bonnes fondations sont posées pour votre site, n’hésitez pas à mettre en contact votre agence web et votre prestataire linguistique. Ensemble, ils trouveront les solutions les plus adaptées à vos enjeux multilingues.

 

Mettre du texte dans des modules ou des images non modifiables

C’est l’une des bêtes noires des traducteurs et des développeurs de sites multilingues ! Tout élément non modifiable (formulaire, carrousel, image contenant du texte…) peut devenir un véritable casse-tête technique, et donc faire perdre du temps, ainsi que de l’énergie pour parvenir à le localiser. Alors qu’un élément conçu en amont pour pouvoir être modifiable simplifiera sa localisation.

 

Ne pas anticiper la longueur du texte cible

Quelle que soit la combinaison de langues dans laquelle on traduit, il y aura forcément des différences dans la longueur des textes entre la langue d’origine et la langue cible. L’anglais, par exemple, est souvent assez succinct. Mais le français ou l’allemand peuvent nécessiter plus de mots pour rendre la même idée. C’est ce que l’on appelle le foisonnement. Il est impératif d’en tenir compte lors de la création de l’interface graphique de votre site. Celle-ci doit permettre d’agrandir ou de réduire facilement les boîtes de texte ou les boutons en fonction de la langue.

 

Utiliser des icônes qui n’ont pas de signification universelle

L’intérêt du site multilingue est qu’il soit adapté à la culture de chaque pays ciblé. Pour cela, les icônes peuvent être pratiques car elles remplacent avantageusement du texte et ne nécessitent pas de traduction. Pourtant, si certains visuels ou icônes nous semblent compréhensibles par tous, ce n’est pas toujours le cas ! Il est recommandé de faire des recherches en amont, en fonction de la culture des pays ciblés, pour être certain qu’une icône sera comprise et n’aura pas de caractère offensant. En effet, des images aussi communes que celle du pouce levé, qui a une connotation positive dans une grande partie des pays du monde, est une insulte très vulgaire dans plusieurs pays du Moyen-Orient. Le signe « tout va bien » des plongeurs, en formant un cercle avec le pouce et l’index, est un geste obscène en Allemagne et au Brésil…

De façon générale il vaut mieux éviter, dans un site multilingue, les icônes qui représentent les mains ou des gestes trop précis. Certains objets peuvent être aussi très culturels. Les responsables linguistiques de l’agence qui accompagnera la traduction de votre site sauront vous indiquer ce qui est convenable ou pas dans leurs cultures respectives.

 

Sous-estimer l’importance de petits détails comme la couleur, les formulaires, les adresses ou les numéros de téléphone

Pareil que pour les icônes, certains détails comme les couleurs de votre site peuvent avoir un impact important dans une culture donnée. Par exemple, la couleur verte en Chine a généralement une connotation négative liée à la colère et à l’infidélité. Si votre site est complètement vert, vous ne risquez pas de percer le marché chinois rapidement. Les formulaires, les adresses ou les numéros de téléphone doivent aussi être adaptés au format de la culture cible pour être parfaitement lisibles et donc facilement compréhensibles. Des détails qui n’en sont pas si l’on veut être crédible !

 

Ne pas donner de contexte aux traducteurs

C’est un point qui peut paraître anodin mais qui revêt une grande importance. Plus vous donnerez d’informations aux traducteurs comme l’accès à votre site Internet source ou au moins à des visuels, si celui-ci n’est pas finalisé, mieux ils traduiront. Un simple fichier Excel listant des mots les uns après les autres, sans aucun indice de la page où ils se trouvent augmente les risques de traduction erronée. Le mieux est encore de demander à votre agence de traduction une relecture approfondie du site après intégration des traductions.

Vous avez désormais mis toutes les chances de votre côté pour assurer une localisation réussie de votre site web !

Découvrez
d’autres articles…

Aéronautique et Défense : les 5 piliers de notre approche pour le traitement de vos projets de traduction

Virginie Gungor, responsable commerciale au sein du pôle Aéronautique et Défense partage en détail ce qui constitue pour elle et son équipe les 5 piliers du pôle : nos clients : leurs profils et leurs besoins en traduction, une variété de formats à traduire, des process de traduction adaptés, des mots et des « hommes » : notre équipe, la sécurité des données chez Ubiqus, l’Intelligence Artificielle appliquée à la traduction.

lire plus

Et si on parlait de votre projet ?

ipsum vel, nunc risus justo leo. tristique leo adipiscing commodo ut